Le forum de Monde

Forum dédié à ce qui se passe dans le monde virtuel appelé Monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Archives de la gazette antérieures a Steelo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:05

Arrivée à Sembaris (1ère partie)...

Aujourd'hui, 18ème jour de la 2nd semaine du 3ème lunaire d'automne, je suis toujours à la recherche de ma soeur. J'erre de village en cité, tentant de glaner un indice qui me mettrait sur sa trace en fréquentant tavernes et auberges de tous rangs, paysans et nobles de toutes régions .

Bredouille une fois de plus, je continue mon chemin et arrive à Sambaris. Ebahie par son immense herse et ses hauts murs couleur sable, je m'arrête un instant pour contempler cette cité légendaire car cette cité en question a acquis la réputation d'être un haut centre de la magie; de plus un bruit cour qu'il y aurait eu une terrible bataille à ses portes il y a quelques lunaires seulement.

Mon compagnon et moi-même eurent à peine franchi la porte, que déjà nos oreilles furent agressées par des vociférations émanant d'une chose gigantesque à l'allure orquienne. La curiosité l'emportant, nous nous dirigeâmes vers « la Chose », tout comme d'autres badauds et aventuriers en tous genres. Dès que celui-ci énonça le mot 'récompense', la place se mit a ressembler à un essaim, et quand il prononça 'bataille', il n'y eut plus que les vrais aventuriers qui en avaient dans leur braie.

Le vide commun de ma bourse et de mon estomac nourrirent alors ma bravoure. Mon compagnon et moi-même décidâmes de suivre cette frénésie de postillon; ainsi que 3 autres créatures. L'une au visage disgracieux, trimbalant tout un barda des plus hétéroclite, l'autre ayant un net penchant pour la coquetterie et le maniérisme, quant à la dernière créature, elle ferait rougir de honte sa propre et belle race, car d'emblée elle me jette un regard noir et agacé. Regard que je lui rendit au centuple, et les doigts dans le nez, quelques heures plus tard, alors qu'elle gisait comme une loque à mes pieds.

'Le coquet' s'approcha de 'La chose', afin de comploter, et ce certainement pour me soutirer une part de mon butin, car ce premier lui proposa de discuter autour d'une cervoise. La verve de 'la chose' avait donc tari ses babines à ce point pour qu'il accepte si facilement ? Nous nous mîmes en route, et nous nous arrêtèrent à l'auberge la plus proche, afin de concevoir un plan des plus douteux.

Une fois sur place, je vis une aubergiste digne de la magnificence d'une Elfe. L'accueil fut des plus chaleureux , et je ne me rendis compte que lorsque un petit bruit sec résonna, que je me trouvait face a un rafraîchissement gracieusement offert par 'le coquet'. Sans doute, était-ce afin d'endormir mes nombreux soupçons pensais-je.
S'engage alors diverses tractations ennuyeuses à mourir, quand soudain je m'aperçoit que l'on me questionne. N'étant pas dupe, je berne 'le questeur' avec une facilité étonnante, grâce à des allusions évasives et très crédibles; lorsque tout à coup, une masse à tête d'âne surgit à notre table. Faisant fi de tout les plans discutés jusqu'à présent pour rendre un château à un noble de Sambaris , je prend congé de tout ce petit monde en précisant que je les attends pour le départ devant l'auberge.

Enfin, nous voilà parti ... Plus loin sur la route nous croisons de malheureux paysans qui apparemment avaient tout perdu et n'avaient pas d'autre choix que de prendre la route.

Des bruits d'engins que l'on manoeuvre ainsi que des déplacements de groupes d'hommes se firent entendre non loin de nous. Alertées par cette agitation plutôt étrange 'l'opprobre' et ' la disgracieuse' partent en éclaireur. A peine ont-elles dépassées le sentier, que des hommes en armes à la fois surpris et contrariés, les interceptent. Evidement, je tente de voler à leur secours et m'approche, suivis du reste de la troupe. C'est alors que l'on découvre que nous sommes confrontés a un haut et magnifique Elfe, dont l'armure reflète la grandeur. De vives discussions semblent indiquer que cela va tourner à l'échauffourée, notre petit groupe est mis en joue, seules 'L'opprobre' et 'le coquet' semblent ne pas être inquiétés, bien que force diplomatie a du être de mise, les armes adverses restèrent levées et menaçantes. Calmement, je prononce : « Compagnons, la bravoure sensée n'a rien à voir avec la folie. La mesure vaut mieux que la témérité », et nous nous éloignons sans précipitation aucune. Une fois hors de vue et de portée de voix, nous nous concertons, et force est de constater qu'il se passe quelque chose d'anormal.

Et nous comprirent vite fait de quoi il en retournait. Une lourde et terrible menace pesait sur Sambaris.

Le dilemme qui s'offrait alors à moi était de taille. Alerter le haut commandement de Sambaris au plus vite, car le danger était imminent, ou la récompense pour la restitution du château. Après la parole d'honneur reçue de 'La chose' qui me garantissait ma part ; je ne perdis pas une seule seconde, et c'est ainsi que mon compagnon et moi-même filions à toute vitesse vers la cité.

Un bon moment plus tard, le cauchemar commença... Sur le bas côté du chemin menant à la porte de la cité, des bruits se faisaient entendre. Aussitôt, j'opérais une tentative d'approche, et à vrai dire celle-ci faillit me tuer net ; un tireur d'élite du haut de la tour m'avait repéré et semblait vouloir en finir au plus vite. Je ne dois notre survie qu'à ma légendaire agilité et disons-le également à ma grande dextérité. Vite mon compagnon et moi-même, nous nous réfugiâmes ; une fois bien à l'abri, je tentais alors un rapide coup d'oeil. Plus ou moins une bonne trentaine d'hommes dont certains revêtaient une cuirasse, et une chose étrange près de constructions en cours de réalisation s'offrit a mon regard; cela ressemblait à une espèce de grande bâche blanche en forme de tête d'oeuf. Ne m'attardant pas plus longtemps sur ce détail, car le temps pour Sambaris était compté, il me fallait trouver une solution simple, rapide et efficace. Diantre, celle qui fut trouvée ne fut pas facile a prendre, mais avais-je réellement d'autres choix. J'embrassai tendrement mon compagnon en lui expliquant que l'avenir de Sambaris reposait désormais sur lui, et lui ordonnais, la larme à l'oeil, de me retrouver directement à l'entrée de la cité. Le compte à rebours était commencé; bon sang, 200 malheureux mètres voire 300 à parcourir et j'y étais a cette satanée porte. C'est alors que mon fidèle et aimant compagnon s'élança afin de faire diversion et mettre un peu de panique sur le chantier ; pendant que je m'élançais à mon tour vers cette maudite herse qui semblait beaucoup plus loin que je ne l'imaginais. Dans ma tête je fis le vide, je fonçais sans me retourner, sans rien écouter ; mes jambes firent preuve d'une telle vigueur que je me retrouvais littéralement à l'intérieur sans m'en être rendu compte. Essoufflée mais en vie, je guettais rongée d'inquiétude l'arrivée de mon fidèle ami ; le temps semblait s'éterniser quand tout à coup je l'aperçut, il arrivait, il était
là !! Et à ce moment précis, je me mis a l'embrasser de partout en claironnant à qui voulait l'entendre :- » Sortez les atours de festoie, et que l'olifant soit sonné, car il y a en ma présence le sauveur de Sambaris ! ».


Le calme des retrouvailles et le souffle plus ou moins revenus, il fallait maintenant alerter la personne du haut commandement. Ne sachant a qui m'adresser, je décidais de me rendre là où se trouvait la belle aubergiste afin d'y trouver peut-être une information, mais aussi me restaurer vite fait, ainsi que mon compagnon, avant d' entamer les recherches. A peine entrée à l'auberge en question, quelqu'un s'adressait déjà à moi.
Horreur et damnation, encore lui, ce vil coquin que j'avais déjà rencontré dans une autre ville et qui avait bien failli me jouer un mauvais tour. Sans plus, je le saluais d'un ton glacial et feins de l'ignorer. Tout en nous restaurant, la conversation entre 'la belle' et moi-même s'attarda quelque peu sur ce qui venait de nous arriver. Qu'elle ne fut pas ma surprise de l'entendre me proposer son aide. Visiblement, celle-ci connaissait « Azagal » le chef du haut commandement pour l'avoir déjà rencontré et m'offrit non seulement le couvert mais aussi de me reposer pendant qu'elle l'alerterait. Méfiante, mais flattée, j'acceptais et lui demandais de faire au plus vite car le danger était à moins de 2 heure de sambaris à présent ; et qu'il me fallait retourner vers ma récompense avec si possible la réaction d' Azagal car il me faudrait refranchir ce guet-apens.

J'attendis impatiemment le retour de 'la belle', et qu'elle ne fut pas mon étonnement et ma déception d'apprendre qu'Azagal ne s'intéressait pas du tout à ce qui se passait, du moins le laissait-il croire. D'ailleurs pour toute aide, il proposa , 2 seuls et uniques chevaux qu'il comptabilisa et qui devaient lui être restitué dans l'état fourni. Dès plus inquiète pour m'en retourner, je vis que 'la belle' était fort inquiète elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:12

Ordres de Dénébra la bourgmestre de Sembaris...

Ce qui suit est la première liste de choses à faire au lendemain de la prise de pouvoir de Dénébra...

1.Crieurs dans toute la ville pour expliquer:
- qu'il faut faire bouillir l'eau sale avant de la consommer
- ne pas consommer l'eau ayant été souillée pas des excréments
2.Faire nettoyer par les citadins les endroits salis par les excréments
3.Faire penser aux habitants de prévoir des récipients propres pour récupérer l'eau de pluie.
4.Prévoir au niveau de la ville des récipients de grande e,vergure pour récupérer l'eau de pluies
5.Prévoir des équipes pour contrôler les vendeurs d'eau, et faire appliquer une surtaxe directement proportionnelle au surcoût demandé par le ou les vendeurs d'eau.
6.Prendre et utiliser les puits se trouvant autour de la cité, voir cela avec Azagal
7.Appel à Bibériade pour un apport d'eau, missive écrite par les soins de Dénébra s'il le faut.
8.Mettre en place des systèmes de récupération de vapeur d'eau souillée que l'on fera chauffer, et dont la vapeur se fixera sur des cloches de verre, de métal ou même de tissus cirés, afin d'en récupérer l'eau ruisselante et consommable.
Mettre en place un maximum de ces procédés, les vulgariser, les rendre publiques
9.Écrire en placer des articles dans tous les journaux de Sembaris sur l'utilisation et le recyclage de l'eau, en insistant sur le fait que lire ces lignes aux gens ne sachant pas lire est un acte charitable.
10.Engager de la main d'oeuvre pour la reconstruction du mur
11.Proposer de monter des groupes de protection civile pour repérer et signaler:
- les endroits souillés et non nettoyés
- les gens malades
- les cadavres
- les gens vendant de l'eau souillée et/ou trop coûteuse, peine de prison pour le premier cas, et surtaxe pour le second cas...
12.Commencer à prévoir le recrutement de soldats pour l'armée irvinienne et sembarite.
13.Commencer à prévoir le recrutement de mercenaires par l'armée irvinienne et par le Kraken
14.Avec la 3eme comptable:
- former une équipe pour contrôler le travail des 2 autres
- former une équipe financière pour Sembaris
- Trier les gens valables et honnêtes pour l'hôtel de ville.
15.Trouver des bâtiments libres appartenant à la ville, voir en acheter s'il n'y en a pas...
Mettre enfin en place le projet de Dénébra de recueillir les orphelins de Sembaris, en utilisant la base que l'on a avec le service sms, dans le but de;
- les protéger
- les nourrir
- les soigner
- les vêtir
- les éduquer (éducation sélective selon leurs compétences.

DENEBRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:18

LA GAZETTE SEMBARITE A 5 BRAS: Des rats... (1ere partie)


Du Quinti secundi de Messidor Midi
Des hordes de rats auraient dévoré la moitié des réserves de la coalition. On parle de skavens entre-aperçus.
Carlo ZAPPOR aurait quelque peu razzié des villages pour faire le plein de nourriture. Tandis que le clerc AZKADIR aurait reconstitué le double de nourriture perdue.
Les Soldats de la coalition se seraient livrés à des exactions sur certains villages. Est-ce ainsi que Bernard Voie Tout veut nous délivrer de l'inexistante tyrannie irvinienne pour nous imposer la sienne qui est bien plus concrète.
Quelques escarmouches ont eu lieu. Les troupes irviniennes ont du se replier. Sembaris est maintenant complètement isolée de ses alliés.
La rencontre entre Sansvies Zapor et la cité à tourné court. Métrathon à formellement refusé toute capitulation, désarmement et l'intégration à la coalition. "Sembaris et une cité libre, ni princes ou rois n'ont à nous dicter nos actes".
A ma question "comment cette guerre vas t'elle finir" la prophétesse a répondue "tout sera fini demain soir. La bête aura son dû, les germes du futur seront en marche et le plan du seigneur des cercles se verra consacré par l'ire acrimonieuse de la reine aux deux lunes."
Bref un beau programme, pour justifier l'envoi d'un correspondant de guerre. Les hobbits n'appréciant guerre les champs de batailles votre servante restera dans les murs de la cité.
17h
Fibuline a réussi l'exploit de me déloger de la taverne "à l'annexe du guet". Je prends mon bouclier écritoire et ma hache porte plume.
Passer la porte est une formalité, pour un nain. Arrivé à la barbacane des succubes je commence à me renseigner. D'ici on perçoit nettement les lignes des coalisés. Ce serait dit-on Alexandre Dare-dare et Fidélio le Xhult qui ont la garde du front sud.
Ça m'arrange car il paraît que Bernard n'aime pas les nains. J'enlève les marque de la cité (la marque de la gazette et mon parchemin de fidélité de l'annexe). Je reste sur la route et arrive assez rapidement au 1er contrôle coalisé. Mon bobard sur mon état de mercenaire nain est gobé jusqu'à la racine. Ces imbéciles d'humains n'ont sûrement même pas remarqué que j'étais un nain des collines et pas un bas de plafond des montagnes.
Ma 1ère rencontre avec Alexandre est assez sympathique. Un brave gars pas du tout spéciste. Il trimbale partout un moine dont je ne connais ni la religion ni la race. Il pousse même la sympathie a m'offrir une bière. Parait que Thoral a pris du retard. Des marchands lui ont demandé audience. Je lui tire les vers du nez et il m'explique que depuis hier les affrontements entre irvin et la coalition n'ont pas bien tournés. Le moine essaie bien de noyer le poisson en parlant de la fuite des irviniens d'il y a 3 jours ; mais je ne suis pas dupe. Chaque sembarite sais que Azagal cherchait a rejoindre le plus vite possible Notre cité.
D'ailleurs j'apprends qui nous a trahi, ce serai la cité de Bibériade. Je remercie Alexandre et je lui dit que je vais chercher son sergent recruteur. En fait je vais sur le champs de bataille.
Je vois bien pas mal de tombes fraîches de coalisés. Mais pour les irviniens juste une fosse commune. Conclusion les irviniens on eut assez de temps pour la creuser
12h Village des 4 sous.
Il s'agit d'un avant poste coalisé. Hier encore il était aux mains des irviniens. Tout y est intact je relativise donc les cris de victoire de la coalition. Les irviniens ont plutôt opéré une retraite tout en contenant l'attaque d'hier. Parait que la prophétesse de Zapor aurait soigné 200 personnes. 200 blessés pour prendre un pauvre village de 20 maisons (dont 8 granges et 7 étables). Il semblerait, que après leur avoir mis une déculottée, Azagal ait réduit sa ligne de front.
15h les Zapor arrivent et veulent prendre la moitié des provisions du père Michu. Avec ces airs de brigand aristocratique en voila un qui ne va pas faire monter la côte d'amour de la coalition. Le père Michu me concède d'ailleurs que les irviniens eux au moins avait leurs propres rations. Et eux au moins ont payé les chèvres.
17h enfin je suis arrivé a contourner les lignes, mais pas de bol je me fait repérer par une patrouille de coalisés. Amarilla le géant me parait tout simplement gigantesque. A peine le temps d'essayer de baratiner que je voit le clerc azkadir finir son prêche vociférant sur "les bêtes diaboliques" pour faire pleuvoir un déluge de mânes.
Faut dire qu'ici c'est toute la bouffe que des petits démons crachant le feu auraient emportée en enfer. Ils veulent faire un méchoui ? Une certaine Maëlla la pitoune s'est également plainte qu'un sauvage a dansé dans son jardin et a tout piétiné ses salades et déraciné tout ses légumes. Elle aurait même entraperçu un monstre de 2m de haut avec un énorme bâton à la main alors qu'elle se lavait. J'ai bien repéré des empreintes d'un gars qui apparemment s'est fait ensuite traîné par une fille puis plus rien.
La pitoune soutient mordicus que c'était un démon majeur qui était en train de tracer des runes sur sa porte avec son gros bâton. Mouaiss mais l'encre me parait vachement suspecte…
18h enfin du sport, après un timide échange d'amabilités; arcs versus arbalètes, où les arbalétriers irvinois ont était plus que polis. Il est décidé d'une charge pour prendre le pont. Les malheureux on a peine bousculé les défenses que Os-Ramen le magiarque d'rvin est apparu dans un grand cercle lumineux. Là, votre serviteur considérant qu'il était plus journaliste que guerrier nain a préféré sauter du pont (heureusement c'est basse eaux) pour ne pas griller dans la tour de feu invoquée. Cela à grillé les poils de moustache du géant et accessoirement réduit en cendre le pont. Je profite que tout ce beau monde change de pont pour bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:22

LA GAZETTE SEMBARITE A 5 BRAS: Un pont plus loin. (2eme)

19h un pont plus loin.
Rien de nouveau, à part une bande d'aventurier qui se chamaillent comme des gobelins. C'est sûrement l'elfe qui les a cherchés. Ils ne sont pas clairs ceux là. Un gros huruk les accompagne et deux keisseulois a l'air patibulaire. Un vieux voyageur me dit d'ailleurs que celui avec les tatouages est recherché. Pas de bol je suis de l'autre bord. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.
23h enfin j'ai réussi a traverser cette rivière j'ai fauché une barcasse. Je prie d'ailleurs la gazette de rembourser ce pauvre homme. J' envois ces notes via le petit démon de transport en espérant qu'il ne me mordra pas cette fois.
Ouille cette saloperie m'a défiguré en m'arrachant au moins 5 poils de barbe, Fibuline tu me dois pour le moins 15 repas et le paiement des 4 articles en double gages !
Je retrouve l'autre groupe d'aventuriers, ils remettent a Azagal un coffret avec des runes bizarres, on aurait juré de l'hyperboréen mais la griffe m'était inconnue. Je suis pourtant un sigillographe de 1er ordre… Ils ont laissé tombé l'autre elfe. Les keisseulois semblent vouloir attaquer les bouteilles d'alcool médical. Je les laisse là et je pars à la suite d'Azagal.
Il m'accorde un peu de temps et prend note de mes repérages. Il enrage car il a du poster ses meilleurs tireurs pour bloquer les ponts. Sinon grâce aux renforts locaux il pourra tenter une percée avant que les renforts venus d'Ach ou de Moithura n'arrivent. C'est alors qu'une femme vêtue d'une côte de mailles, peinant a contenir la plus [mot nain intraduisible] que j'ai jamais vus. Avec horreur j'aperçois un squelette et un individu avec une profonde voie de basse. On le jurerait directement issu d'une tombe ; Derrière un loup garou famélique clôture le groupe.
Azagal me prie de partir mais je surprends néanmoins un début de dispute. Comme ça s'éternise je m'octroie quelques heures de repos.
Le lendemain 11h
La nuit a été calme, si ce n'est que quelques combats sporadiques ont eu lieu. Parait que l'équipe avec l'huruk c'est fait chopper. D'après un certain Madmartigan c'est même un miracle qu'ils soient encore en vie. Leur chef serait le plus mauvais leader qu'il ait jamais vu. Quand au reste de l'équipe ils sont pires !!! L'homme doit sûrement en rajouter car ça me parait bizarre un nain qui range ses armes en plein combat…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:30

LA GAZETTE SEMBARITE A 5 BRAS: Révélations ! (3eme)

15h Sembaris
Les nains des collines sont décidément des flemmards j'ai reçu à peine 5 articles. Tss je vais devoir sauter un repas pour boucler l'édition du soir. A peine 5 collations, je risque l'hypoglycémie. Hantant les couloir de la tour aux mages, j'ai l'incroyable surprise d'y trouver un mage coalisé. Fidélio en personne. Je passe sur le laïus "irvin gnan gnan méchant gnan gnan etc…" Là ou ça devient intéressant c'est qu'il détient la preuve que la sorcière Taïdrah serait en fait une espionne du roi d'irvin. La preuve en question est un permis de construire dans une ville libre. Administré entre autre par le baron de 3 ponts (alias le roi d'irvin). Le document m'a l'air authentique, ce serait un marchand de Bibériade qui le lui aurait remis. J'y trouve également un plan prouvant qu'elle peut héberger plus d'une dizaine d'autres agents dont le nécromant et son squelette.
16h incroyable votre humble servante obtient de fidélio un sauf conduit en l'échange d'une adresse de fleuriste magicien.
Je me rend dans le camps ennemi. Les Zappors sont en réunion privée avec un envoyé du sud. Affaire privée me confie-t-on. Mais l'allure du gars révèle plus un espion ou un assassin… Il l'a l'air louche d'un voleur de poules. Prétextant une indisposition alimentaire il me fausse compagnie.
Bernard Voie Tout est lui aussi en réunion. Il tente de réunir des fonds pour la cause. La moitié des marchands les lui accorde mais de mauvaise grâce. Quelques marchands du sud y mettent même des conditions. Bernard n'entend pas que des marchand s'y connaissent en stratégie ; surtout en "garde magique" Il dit qu'il est bien préparé. Mais ces dernier affirment que leur informations sont toutes autres.
17h Le chevalier Alexandre arrive alors sur ces entre-faits et dit que son camps est très agité, les rumeurs de monstres errants n'ont jamais été aussi importantes. Mais il pense en avoir cerné l'origine. Il a laissé des instructions. D'ici demains ces sons discordant vont se taire.
Le Babeleur approuve cette méthode, mieux vaut garder ses ennemis à ses cotés. Un Homme lui a d'ailleurs demandé de chercher si parmi eux il y avait un keisseulois tatoué.
"encore ce Kogalef ? mais je pensais qu'il était mort ?" s'est alors exclamé Bernard.
Alexandre rassura alors tout le monde en disant que si keisseuloi il y avait ce n'était pas celui là.
Me faisant toute petite je surpris alors le fait que bernard ne pouvait plus voir kogalef, a cause d'une puissante magie. Mais que depuis quelques temps, il en allait de même du traître Rock.
Le Kawick dit alors qu'il trouvait que toute cette magie n'allais rien apporter de bon, et que cela corroborait les nombreuses mises en gardes que la coalition avait reçue. Dont celle de leurs banquiers. Et qu'à ce propos il faudrait récupérer un certains coffret…Serait-ce celui dont me parlais ce vieil ivrogne de nain?
Las bernard m' aperçu enfin et c'est sans ménagement qu'on me raccompagnât à la porte du camps. Là bas, je retrouvais Fidélio qui s'empressa de me tenir une fois de plus la grappe pour savoir quels étaient les parfums xiang les plus raffinés… Grmppf je lui indiquais une boutique inventée de toute pièce, vers laquelle il se précipita sur son tapis volant non sans envoyer 2 valets porter des fleurs… Des fleurs… pfff ce qu'une femme demande c'est d'abord un bon repas !
Je quitte le camps non sans apercevoir qu'une esclandre a une fois de plus éclatée parmi les prisonniers. Mais les gardes sont si attentifs a l'extérieur qu'ils n'y prennent garde.
Quant aux soldats, l'alerte retenti… il y'a dû y avoir une attaque. Malgré les risques je me décidait à me camoufler non loin de là, dans un arbre. Qui a dit que les hobbit sont mauvais grimpeurs ?
23h vers les ponts.
Je viens de recevoir les nouvelles de Fibuline et j'enrage. Pendant que mademoiselle se pavane dans les fleurs et un bon repas, moi je dois reprendre la route. La peste soit des femmes ! La prochaine fois tu trouveras un autre correspondant !
Dans les derniers feux du couchant, j' apperçois alors la vision fantastique d'une jeune sorcière volant les jambes écartées, j'eus à peine le temps de remercier mes ancêtres que j' apperçus son passager, que ma barbe se hérissa d'horreur.
Minuit, j'ai rejoint l'horrible bonhomme espérant qu'il ne quitterait plus son capuchon. Dommage que la sorcière soit déjà repartie, quelle magnifique [mot nain intraduisible]. Je repensais nostalgiquement à la douce époque de la crèche et des gourdes d'abondances.
Quand, au bénéfice du crépuscule, je vis les irviniens quitter leur poste un à un. Il ne restait bientôt plus que moi, le nécromant et une dizaine d'éclaireurs de la couronne.
L'attente fut longue, le nécromant entra en transe agenouillé, semblant secouer une espèce de hochet sous sa soutane en poussant de sinistres halètements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:41

LA GAZETTE SEMBARITE A 5 BRAS: Combats! (4eme)

Minuit caché dans les arbres.
Par prudence je jetais un sort d'invisibilité végétale et par curiosité, un sort de vision florale. Les arbres m'apprirent qu'à quelques km, déjà 3 grands sorciers arrivaient accompagnant le gros des irvinois. Mais le spectacle commença de l'autre coté.
Profitant du branle-bas de combat; Le groupe prisonnier c'était scindé en deux. Les uns allant vers le nord tandis que les deux keisseulois devaient tuer le moine d'alexandre. La xiang magicienne les ayant auparavant "protégés" de sa magie. Ils arrivèrent alors sur les arrières d'un corps de 200 hommes et suivant les instructions de leur grand dadais de chef il mirent le feu à 3 tentes. 20 soldats se lancèrent alors à leur poursuite. Les deux keisseulois choisirent une fuite salvatrice tandis que leur chef les abandonnait.
Ce fut a ce moment qu'éclatèrent des boules de feu pleuvant du ciel. Les cibles étant les grosses tentes. L'une d'entre-elle fut purement et simplement désintégrée ; un squelette apparut alors s'emparant d'un sceptre en faisant "han han!" puis "ho..ho..." en apercevant les soldats ennemis qui se ruaient vers lui.
La situation se compliquât alors notablement…
Tandis que le squelette se téléportait dans l'arbre en manquant de peu m'enfoncer son tibia dans l'œil ; les troupes de choc irviniennes déboulaient vers les réserves coalisés qui chantaient bizarrement des airs keisseulois.
Quand soudainement, arrivant de nulle part la famille Zappor et une poignée d'officiers intervinrent. Très vite Sans vies incantes un sortilège qui fait tomber le loup garou rachitique et la sorcière avec des espèces de sacs à ingrédients qu'elle avait autour du cou, ballotants en tout sens (cette dernière a alors bien faillit s'appeler thérèse*)
Mais au dernier moment, le canin rachitique se mit a hurler "sauver l'amour" et se retrouva dans un hamac. La sorcière quand a elle invoqua une gigantesque bulle de stase qui renversa les 1er rangs des armées a l'exception de deux géants qui semblaient protégés par une force surnaturelle.
Y tombant comme dans un lac, les deux magiciens durent faire de gros effort pour sortir de cette mélasse d'air épaissie. C'est alors que le squelette réitéra son attaque d'annihilation éthérique directement sur les femmes Zappor. Sans vies sembla se dédoubler et s'interposa alors entre le sort lancé et sa fille, qu'elle réussit à sauver au prix de sa propre vie...Fou de rage le Zapor chargea avec ses chevaliers qui furent tous accueillis par des boules de feu infernales qui pleuvaient des mains de la sorcières des sphères.
Le loup rendit alors fou un homme d'arme tandis que la sorcière décimait à coups de projectiles magiques ceux qui ne fuyaient pas. Derrière eux l'immense dôme de la bulle de stase buvait les énergies de toutes sortes, et les deux armées ralentissaient le pas devant ce feu d'artifice de magie bien trop proche à leur goût.
Aveuglé par tant de lumière je vit cependant les armées entrer en contact. C'est alors que la sorcière des sphères en incanta une d'un violet malsain, boule d'acide en lévitation qui alla, inéluctablement s'écraser sur les combattants, creusant un terrible chenal ou la mort qui ronge attaquait jusqu'aux armures. Quand la sphère éclata les vapeurs acides désordonnèrent les troupes coalisées, laissant le champ libre aux irviniens pour longer le fleuve. J' apercus même un homme âgé probablement perdu dans cette bataille s'enfuir prestement sur un cheval, sa cape a moitié rongée par l'ire acide de la sorcière aux sphères.
Coecillia Zappor partiellement remise se jeta alors dans la bataille telle une bourrasque vaporeuse. Les coups et les sorts semblant la traverser. Mais alors le loup sortit d'on ne sait où, et à l'aide d'un puissant objet magique, prit le contrôle de la brume qu'était devenu coecillia. Il l' emprisona alors, tel un mauvais génie dans une flasque tout en hurlant "dieux que c'est beau". Tout le flanc gauche des troupes coalisées s' éffondrat et la sorcière repris alors son vol.
Minuit passée près du pont.
Coincé dans cette sale guerre j'espère bien que Fibuline s'étrangle avec l'os de son dîner ! Tss toujours les mêmes… Bon les irviniens sont partis et les coalisés n'avaient rien vu jusqu'ici.
Mais cette fois c'est fini, la créature de noirceur s'avança et incanta d'une voie si basse qu'elle fit vibrer mes jambières. Des disputes ou des bagarres éclatèrent alors. Mais le clerc Azkadir calma tout cela.
Ils contre-attaquèrent alors, avec en tête le géant amarilla portant des troncs pour construire un nouveau pont.
Couvert par les quelques rangers royaux l'affreux démoniste nécromant tenta de rejoindre la forêt mais le clerc Azkadir lui lança un sortilège qui sembla le faire atrocement souffrir. Je me suis renseigné depuis et je sais qu'il s'agit de la prison de lumière. Tout être utilisant la magie diabolique est choqué et s'il tente de sortir de cette prison, il perd tout pouvoir et généralement la vie. Mais le rusé affreux ne perdit pas connaissance ! Il était donc sa propre source de pouvoir. Je n'avais donc pas rêvé c'était bel est bien des cornes que j'avais entrevues !!!
Il sortit donc et dupa le clerc en utilisant un "simple" bâtonnet à boule de feu. Amarilla en fit les frais et Azkadir ne dût qu'à ses pouvoir de ne pas périr.
Là je fut contraint de me mette à l' abri car les troncs enflammés avaient déclanché des incendies. Je ne vit nulle par le diable. Mais Azkadir l'a cherché durant des heures, perdant un temps précieux. Il traversa ensuite, et en non militaire mis ses hommes sur une longue colonne.
Bientôt une prodigieuse sphère d'acide élargie considérablement le chemin et décima litéralement la troupe, la confusion qui s'ensuit fut telle que les hommes affolés coururent et se perdirent dans le bocage. Sans les pouvoirs de cohésion de Ako Toya il fut impossible de les rassembler.
L'horrible squelette tenta de descendre de son arbre mais ce reliquat d'humain me confondit avec une branche et s'empêtra les côtes. Je perdis un temps considérable a l'aider sans qu'il ne me voit. Foie de Fibuline, Je réclamerai a Métrathon un abonnement à toutes les boulangeries de la ville pour conduite héroïque !
J'eus juste le temps d' appercevoir le squelette se dépêcher de dépouiller les corps, tandis que dans un cris Coecilia réapparaissait. Des gardes survivants de son clan se jetèrent à son secours mais resurgit alors le fou qui protégea l'homme bête. Celui-ci ne perdit pas de temps, il en appela encore une fois à son dieu impie et se mie de nouveau a glapir "je suis fouuu" la pauvre Coecillia ôta alors ses vêtements.
Bizarement l'homme bête se mit d'abord à appeler son comparse bien trop occupé à dépouiller les cadavres de tous bords. Il en appela à son fou. Il commença alors a forniquer frénétiquement. Mais le fou s'éloignant il semblat se dépêcher et finit dans un couinement. Il tenta par la suite d'appeler deux keisseulois mais ceux-ci ne comprirent pas. Il abandonna alors avec regrets la pauvre fille qui s'enfuit bientôt dans un état second. La bataille était terminée mais je préférais attendre le lever du jour. C'est alors que j' apperçus ce vieux nain.
Le petit matin près de Sembaris :
Quand enfin je rejoignais au petit matin les abords de Sembaris, tout était fini. J'aidais Fibuline à descendre de son arbre, faut vraiment être folle pour grimper si haut alors qu'on est si petite, interrogeant les témoins nous commencâmes à reconstituer les évènement militaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:49

LA GAZETTE SEMBARITE A 5 BRAS: Ce qui s'est passé. (5eme)

A.Le corps expéditionnaire irvinien attaque massivement au centre du dispositif, une petite diversion est faite au sud et le gros des alliés contourne les coalisé au nord. Afin de couvrir ces manœuvres tous les magiciens d'irvin et leur alliés font péter un véritable feu d'artifice.
Pendant ce temps les réserve de l'aile gauche des coalisé sont retenu par frédémonde

B.Divisé, partiellement sans chef, surclassé au niveau magie, pris a rêver, le dispositif coalisé éclate au centre, c'est au mieux une retraite au pire une débandande.
L'aile gauche irvinienne rejoint le gros des troupes et contient les secours coalisé, tandis que l'aile gauche coalisé est littéralement débandée.

C.& D Il ne reste plus qu'a passer en bon ordre tout en contenant la contre-attaque coalisée. Les sembarite soutiennent cette manœuvre.


Cette victoire s'appuie sur 3 action clef.
L'aile gauche irvinienne a été disponible alors que celle des coalisé a été cloué pendant 3 heures (replis discret + intervention de fredemonde)
Bonnus le géant Amarilla a périt dans l'affaire et le clerc Azkadir a perdu un temps précieux a chercher, en bon ex-purgateur, après fédémonde.
Par la suite la panique qui a résulté d'un tir de sphère d'acide sur la colonne en marche a complètement anéanti au niveau opérationnel cette aile.
La mort ou la mise hors combat des zapor (par thaidrah et Diviprimi le squelette) a considérablement affaiblit le dispositif, les zapor avait une chaîne de commandement bien distincte. On peut d'ailleurs regretter que rien n'ai été fait pour envenimer ceci.
La confusion qui a résulté au sud est largement imputable a la mise sous pression des ces troupes et au fantastique duel de magie qui a notablement ralenti leur action.
Enfin et surtout la neutralisation d'un des plus puissant mage de la coalition a été décisive.
CONSEQUENCES
1)Les pertes irviniennes on été compensé par le fait les survivant on tous été soigné dans les murs de sembaris. La discipline et la médecine de terrain irviniene ont été décisive.
2)Les forces irvinienne dans sembaris empêcheront sa prise a court et moyen terme.
3)Le géant amarilla a été ressuscité par thoral de solen. Il a joint ses forces à celle de la coalition. Ce dernier a rendu public le fait qu'un être diabolique s'est joint aux irviniens.
4)Fidélio le xhult pense avoir été piégé par une agent des services secret irviniens qui l'aurait vampé.
5)Coecillia zapor, a mis la tête du loup garou 1000PP vif. Bien qu'elle soit dorénavant la seule héritière du clan on se fait pas ou elle est. Ses troupes restent néanmoins dans la région.
6)Le culte de balawan est désormais actif de 4 membres dans ce continent.
* Certains sort du culte de balawan nécessite une conversion immédiate sous le nom de baptême de thérèse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:52

Que s'est-il passé à Sembaris ?

par D. Médecin et officier

Certains habitants de Sembaris se souviendront qu'il y'a quelques jours de cela, de sombres personnages ont provoqués de sombres évènements dans la cité. Il se trouve que bien malgré moi, je fus quelque peu mêlée au dénouement de cette assez triste affaire...

Il semblerait que des personnages bizarres aient alerté le colonel Azagal, chef des troupes irvinienne en poste à Sembaris, qu'un complot visant à déstabiliser la cité, était sur le point d'aboutir.

Quelles étaient la provenance de ces informations ?
Nous ne le saurons sans doutes jamais, néanmoins, leur pertinence c'est avérée par la suite...

Une troupe armée menée par le colonel irvinien est alors passée par un portail magique afin de porter une attaque sur ces ennemis bien mal intentionnés. Encore une fois leur destination restera un mystère, de même que ce qu'il s'y passa. Ils revinrent quelques temps plus tard, ayant réussi à capturer quelques ennemis.
Une information primordiale apparut au grand jour à la suite de ces évènements => Un groupe ennemi creusait un tunnel !

Que s'est-il passé à Sembaris pour s'introduire de nuit dans la ville et lui porter un coup fatal ? Mais en y réfléchissant un peu, il devint évident que le risque était plus grave, car porter une simple attaque armée, même si elle aurait fait des victimes malheureuses, n'aurait guère eut de conséquences sur la capacité défensive de Sembaris. Il devait donc s'agir d'une opération dont le but était bien plus néfaste.
Pour avoir une idée plus précise des risques encourus, il fallait un spécialiste du travail minier, afin de connaître la faisabilité de la manoeuvre consistant à creuser un tunnel sous la ville, et surtout de savoir où l'on pourrait trouver ce tunnel...

C'est ainsi que le colonel Azagal fit appel à mes services afin que je lui fournisse la personne dont il avait besoin, c'est-à-dire notre barrique de bière ambulante, notre bon maître nain...

M'ayant mise au courant des évènements tels qu'ils se présentaient, il m'apparut que bien d'autres scénarios catastrophiques pouvaient être envisagés, tels que sappage des murs de fortification de la cité, utilisation des égouts pour toute sortes de vils méfaits...
Je lui fit donc part de mes craintes, et lui fournit une copie du plan des égouts de la ville, afin qu'il puisse déjouer toute tentative souterraine de la part des ennemis de notre grande cité.

Pendant ce temps, un des deux sombres individus s'avérant être un nécromant s'adonna à l'activité principale de cette peu recommandable famille de mage, la prise de contrôle de cadavres pour en faire des morts vivants, ceci dans le but de contrer toute attaque ennemie, à moins que ça ne soit juste par amusement. Je me pose encore la question de la pertinence de cet acte, et surtout du non respect des familles des morts utilisés tels des objets par cet être sans morale aucune. Je compatis avec tous ceux qui se sont trouvés confrontés à la pénible vision de ces cadavres décharné animés d'un semblant de vie et cherchant à attaquer tout ce qui est vivant...

Azagal se rendant compte de ce qui se passait, décida de parquer ces pauvres morts dans un bâtiment retiré, hors de vue des honnêtes gens. Néanmoins, beaucoup de citoyens se plaignirent aux échevins et au bourgmestre, ces derniers agissant alors comme à leur habitude en ne faisant rien...

Finalement ces faits parvinrent jusqu'au temple de la lumière grâce à un marchand heidelois qui relata l'histoire en long en large et en travers jusqu'à ce que les prêtres de la lumière se décident à agir...

Pendant ce temps, ignorant tout de la légitime colère des habitants de la ville, Azagal et ses hommes, rejoins ici par un clerc, peu recommandable selon moi, vaquaient mollement aux alentours du port, cherchant des indices, les dieux savent lesquels, tandis que les pêcheurs et autres habitants du port ne cessaient de leur dire que des choses bizarres se passaient dans le port depuis quelques temps.

Au bout d'un certain temps, les irviniens décidèrent de descendre dans les égouts afin de voir ce qui se passait là en bas, grand mal leur en pris car c'est à ce moment là que le plan machiavélique des impitoyables ennemis de la ville arriva à son terme et que par un procédé inconnu ils parvinrent à faire s'engouffrer l'eau du port dans les égouts avec les effets dégoûtants et nauséabonds que l'on connaît...
Le plus grave étant que les eaux propres et sales se mélangèrent, réduisant drastiquement les réserves d'eau potable de la cité, le plan ennemi avait réussi à la perfection...


Azagal convoqua le conseil pour une réunion extraordinaire, c'est à ce moment là, que les prêtre de la lumière annoncèrent qu'ils quittaient la cité en demandant à tous de faire de même, car selon eux, la cité était maudite par les dieux pour héberger en son sein l'un des meurtriers de la dame blanche....
Cette annonce fit l'effet d'un coup de tonnerre, car d'une part, elle prit tout le conseil au dépourvu, et d'autre part, l'annonce qu'un des forbans qui avait perpétré ce crime horrible était ici présent avait de quoi désarçonner les plus blasés.
Néanmoins, dans la cohue qui s'ensuivit, un assassin fut découvert, invisible et caché dans les grandes tentures qui ornent la salle du conseil, le colonel irvinien décida que trop c'était trop, pour lui il était évident que les prêtres de la lumière avaient quelque chose à voir dans ce qui se passait ici à Sembaris. Une brève altercation eut lieu qui se termina par un prêtre et un moine assommés et bâillonnés, mais aussi par la mort d'un paladin qui tentât de s'interposer au mauvais moment.

Ayant appris que l'ordre de la lumière allait faire une annonce lors du conseil, j'arrivais juste après ces pénibles évènements, qui eurent sans doutes pût être évités si j'avais été présente.

Je tentais alors avec toute la diplomatie dont je sais faire preuve, parfois, de démêler l'écheveau complexe et explosif qui s'était tissé ici. M'entretenant alors avec Azagal, j'appris que devant l'inertie totale dont faisait preuve les dirigeants de la ville, qu'il avait la ferme intention soit de partir, soit de prendre le commandement de Sembaris. Ayant été moi aussi confrontée à cette léthargie chronique dont est frappée le bourgmestre et ses échevins, je comprenais bien la frustration que l'irvinien ressentait à l'égard de tout ceci. Il est évident que si l'armée irvinienne quittaient Sembaris, la ville tomberait rapidement aux mains des coalisés, et malheurs à ceux qui ont acclamé leurs sauveurs il y'a moins d'une année, lors du siège de la cité. Un bain de sang serait à craindre dans un tel cas de figure.

Je parvins à éviter le départ du colonel, ainsi qu'à libérer le prêtre et le moine et à permettre à ces derniers de parler à la foule réunie devant l'hôtel de ville et finalement de laisser partir les sembarites qui désireraient quitter la cité. Un miracle, certes ambiguë, eut lieu à la fin de l'allocution du prêtre, qui fut touché par la grâce divine et qui s'envola devant la foule ébahie, laissant malheureusement le pauvre moine seul et pas rassuré sur le balcon. Sortant mes deux épées, je l'escortais à travers le bâtiment afin qu'il puisse rejoindre sans encombre ceux de son ordre, nous fûmes accueillis par [i]le marchand heidelois[i/], déjà cité plus haut qui s'avéra être un espion, c'est lui qui selon toute vraisemblance a manipulé l'ordre pour des fins personnelles.

Finalement, sous la menace d'une armée de 2000 hommes qui se seraient tenus au pied même de la cité, mais qui n'a jamais existé, le colonel Azagal fut obligé de livrer le nécromant et son complice à la vindicte de l'heidelois, ils furent donc tués sans autre forme de procès, ce qui fit revenir l'ordre de la lumière et ceux qui l'avaient suivi. La tempête était passée, laissant bien des dégâts derrière elle, mais un nouveau cataclysme s'annonçait déjà, car Azagal était déterminé à remplacer le gouvernement de la ville, par la force si nécessaire, il était prêt à frapper un grand coup, disait-il en maniant prestement sa toute nouvelle épée !

Afin d'éviter un maximum d'effusion de sang, je décidais, avec mon équipe, de prêter main forte à ce bouillant colonel. Nous lui proposâmes donc un plan permettant d'arrêter un maximum d'échevins et le bourgmestre tout en évitant la violence qui semble inévitable dans ces cas là. Notre opération fut couronnée de succès car nul ne fut molesté, et tout se passa en douceur. Le gué et la garde après une brève et courageuse résistance,alors sous le commandement de Methraton, finirent pas se rendre aux forces irvinienne. Je tiens ici à souligner le sens de jugement exceptionnel de Methatron pour cette décision courageuse et intelligente ayant évité de semer encore plus de désordre dans une Sembaris déjà bien mal en point.

Par contre, je préconise à la ''reportrice'' du sembarite à 5 bras, de faire vérifier sa vue, ou bien tout simplement de vérifier ses assertions stupides et mensongères. De même elle devrait prendre des cours de journalisme afin d'apprendre à rapporter des informations pertinentes et non pas des ragots douteux et traîner ainsi des gens dans la boue du cloaque glaireux qui lui tient lieu de pensée...

D. Officier et médecin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Jeu 1 Nov 2007 - 18:56

La gazette Sembarite à 5 bras: Sembaris assiégée !

Du Quardi secundi de Messidor
(4ème jours de la 2nd semaine du 4ème lunaire d'été)
Année du Moineau Rouge


Aujourd'hui c'est 8ème jour de guerre et 2nd de siège de notre belle cité par les forces coalisées du sud.

Les différents conseils de la ville ont accepté de reconnaître MÉTRATHON LE JUSTE comme chef militaire des forces de la cité. D'après certaines indiscrétions d'une des 3 guildes de voleur de notre belle cité, Métrathon aurait rencontré hier, le colonel Azagal d'Orzabal et le magiarque Os-Ramen des forces expéditionnaires d'Irvin. Il aurait été convenu d'un plan. L'entrevue aurait été chaleureuse malgré, dit-on, quelques désaccords entre les irviniens.
Azagal aurait rapporté les paroles de Fran Koenig : "Irvin n'abandonnera pas une fois de plus la cité des aventuriers. Nombres de sujets irviniens en sont issus et en chaque irvinien sommeille un aventurier !!".
Ont suivies de longues et ennuyeuses discussions quand au pseudo-complot. Azagal a déclaré : "ma! , si vous croyez qu'on a que ça à foutre !".

Fibuline "les p'tites oreilles" Rédactrice de la gazette a 5 bras
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archives de la gazette antérieures a Steelo   Aujourd'hui à 20:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Archives de la gazette antérieures a Steelo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin
» 18 octobre , commémoration de la mort d'Anténor Firmin
» Gazette de Mai
» Noblesse du Poitou (Archives)
» La Gazette De Vesperae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Monde :: Monde :: Bibliothèque-
Sauter vers: