Le forum de Monde

Forum dédié à ce qui se passe dans le monde virtuel appelé Monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Monde, ses merveilles et ses horreurs... (1ere partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denebra
Invité



MessageSujet: Monde, ses merveilles et ses horreurs... (1ere partie)   Jeu 6 Sep 2007 - 22:43

Réflexions personnelles concernant Monde, ses merveilles, certaines petites personnes peu ou prou reconnues, et un bestiaire qu'il serait préférable d'ignorer...
par D. Médecin et officier

Ces réflexions sont issues d'une aventure vécue avec un groupe d'aventuriers des plus étonnant...
Notre équipe était composée pour l'occasion d'une étonnante sorcière humaine, d'un barbare toujours aussi horrible et insupportable, d'un maître nain, d'une petite mage pittoresque accompagnée de son chien, ainsi que de moi-même.

Un commanditaire nous avait chargé d'éclaircir une sombre et inquiétante affaire ayant trait à des disparitions de personnes, ainsi que de la destructions de villages d'une région se situant à deux jours de marche de Sembaris.
De plus des rumeurs étaient parvenues jusqu'à ce même commanditaire, rumeurs concernant des nains et une de leur mine, qui se trouvaient confrontés eux aussi à des disparitions mystérieuses. Ces mines se trouvant dans la même région que celle où nous devions nous rendre, il était évident que ces deux affaires avaient quelque chose en commun.

Notre maître nain était impatient d'arriver à destination et de retrouver des gens de sa race, aussi bien pour le plaisir de les rencontrer que dans le but plus altruiste de leur venir en aide si le besoin s'en faisait sentir. J'avais déjà pu me rendre compte que sous ses airs bourrus il se montrait des plus serviable, exécutant avec beaucoup de bonne volonté diverses tâches que je lui avais alors demandé de réaliser pour mon compte.
Plusieurs sentiments se disputaient dans la tête de notre nain, il voulait aider ses semblables, c'était évident, mais il rêvait aussi de pouvoir visiter la mine où habitaient ses cousins et surtout de voir les trésors que ces derniers devaient avoir amassés. Ces trois sentiments semblaient entraîner une véritable tempête sous le crâne épais de notre compagnon, cette tempête se traduisant par une somme étonnante d'expressions diverses prononcées dans sa langue gutturale. Parfois même, ses yeux brillaient d'une convoitise inattendue pour quelqu'un qui s'était toujours montré aussi altruiste.
Notre ami, tout en cheminant, consommait aussi une épouvantable quantité de bière, bien plus importante que ce qu'il buvait - en abondance est-il utile de le préciser ? - à son habitude.
Dire que les nains sont friands de bière est un euphémisme, il est en effet rare de voir notre ami sans une grande choppe à la main, souvent vide ou en voie de l'être, quand il ne porte pas carrément un ou deux petits barils de cette boisson, barils qu'il s'efforce de vider au plus vite, prétextant alors avec une mauvaise foi des plus amusantes, que les vider permet surtout d'en alléger le poids et que donc ainsi ils sont moins fatiguants à trimballer.
Une bonne partie de notre charge de bât consistait en sa réserve personnelle. Au début de notre équipée, le poids excédentaire que nous avions embarqué rien que pour notre nain m'avait fortement contrariée, mais très vite, vu la vitesse à laquelle il vidait les fûts, il était clair que notre mule avait de moins en moins d'efforts à fournir pour porter sa charge.
Cette façon d'agir m'avait plongée dans un abîme de réflexions, et je ne suis pas encore persuadée que notre maître nain ne prévoyait pas d'utiliser les fûts vides afin de pouvoir les remplir de tout ce qu'il pourrait embarquer du trésor de ses cousins.

Tout en surveillant du coin de l'oeil notre petite mage qui trottinait à côté de son chien, je conversait avec notre nain, ce qui me permit d'apprendre beaucoup de choses concernant son peuple, par exemple, il voulait garder un fût de bière intact afin de pouvoir l'offrir aux occupants des mines, pour les amadouer s'ils se montraient trop revêches, bien qu'il préférât l'ouvrir et le boire avec eux, se montrant ainsi plus diplomate et calculateur que courtois et partageur...
J'appris aussi que les nains, outre la bière, avaient des valeurs qui leurs étaient très précieuses. Ainsi leur sens de l'honneur, quoique pas toujours très clair, est extrêmement développé, et les membres de ce peuple préféreront mourir plutôt que de subir le déshonneur, ce qui pourrait expliquer l'extrême mauvaise foi dont ils sont capables.
Est-il utile de dire que ces individus sont follement amoureux de leur barbe et que leur système pileux est pour eux une source intarissable de fierté ?
Les nains aiment vivre sous la terre, en fait ils se sentent bien au coeur de leurs mines, beaucoup d'entre eux sont même capables de voir dans le noir, quand ils sont sous terre, ayant semble-t-il développé une sensibilité tout à fait particulière avec le milieu dans lequel ils vivent.
Si ce sont de grands bâtisseurs, ils ont néanmoins une très forte affinité avec toutes sortes de métaux, et particulièrement avec le mithril, un métal des plus précieux, il faut en effet savoir que celui-ci est étroitement lié à l'histoire de ce peuple...
Il est à noter que malgré leur aspect quelque peu grossier, les nains peuvent se montrer fort habiles de leurs mains, et réaliser toutes sortes d'objets de très très belle facture.
J'avais entendu bien des choses concernant les femmes des nains, les naines en fait, certains prétendant qu'elles n'existaient pas, d'autres qu'elles étaient particulièrement laides et d'autres qu'elles étaient si belles que les nains les tenaient jalousement à l'abri des regards des autres...
Mais jamais notre ami n'avait encore abordé le sujet. Comme ce jour là il se montrait plutôt bavard et de bonne humeur, certainement grâce à la quantité impressionnante de bière ingurgitée, j'eus l'audace de lui demander pourquoi on ne voyait jamais de nains avec leurs femmes, ou simplement des naines ?
Cette question pourtant fort simple au demeurant déclencha une réaction assez étonnante de la part de notre nain, qui se mit tout d'abord à bafouiller jusqu'à ce qu'il prenne une jolie teinte cramoisie, signe évident d'une très grande gêne. Sur le coup, on aurait même pu penser qu'il était mûr. Cherchant à éviter par tous les moyens de répondre à ma question, il me dit finalement que la réponse n'était pas facile, même pour lui qui fréquentait depuis un bon moment déjà, d'autres peuples que le sien, ce qui lui avait élargi l'esprit...
Il m'apprit que les nains étaient très réservés quand aux questions de leur moeurs et qu'ils protégeaient farouchement leur intimité. Déjà peu enclins à permettre à d'autres de connaître leur coutumes et art de vivre, les nains estiment que leur intimité est un sujet tabou, et qu'elle ne regarde qu'eux.
Ainsi, les questions relatives au sexe étaient des sujets extrêmement délicats, que même entre eux ils évitaient d'aborder. Il me conseilla vivement de ne pas chercher à discuter de ce sujet avec ses cousins, sous peine de subir leur ire, mais comme leurs moeurs semblaient m'intéresser, il me montrerait discrètement, au fur et à mesure, ce qu'il y avait à voir dans la mine que nous ne manquerions pas de visiter si l'occasion se présentait...
Puis soulagé, il s'éloigna et reprit avec un plaisir évident, l'activité consistant à transvaser le contenu de ses barils dans la citerne qui lui sert de ventre...

En fin d'après-midi nous arrivâmes en vue d'une petite auberge, dans laquelle nous décidâmes de passer une bonne nuit de repos avant de reprendre la route le lendemain matin.
La clientèle de l'auberge était assez disparate mais néanmoins d'assez bonne compagnie, ce qui nous permit, outre de nous restaurer et de nous reposer, de glaner quelques renseignements sur les évènements qui se déroulaient dans la région.
Il est à noter que les occupants de l'auberge nous posèrent discrètement tout autant de questions à propos de notre petite mage, qui semblait pour sa part, ignorer totalement l'intérêt que suscitait sa mignonne petite personne.
Quelle ne fut ma surprise quand suite à mes demandes concernant les villages détruits, j'appris qu'il n'y avait jamais eu d'exactions de ce type à la connaissance des habitués de l'auberge. Comme tout le monde semblait unanime sur ce point, force me fût de constater que les renseignements de notre commanditaire n'étaient pas d'une grande exactitude, voila qui me laissait perplexe.
Nous en discutâmes entre nous avant d'aller nous coucher, enfin ceux d'entre nous qui étaient capables de discuter, ce qui exclue bien évidemment l'immonde barbare...
Bien que très pensive à cause des informations erronées concernant notre destination, et surtout que je me retrouvais seule dans un lit, sans ma douce amie, chose qui n'était plus arrivée depuis au moins six lunaires, je m'endormis assez vite.
Mais la nuit fut particulièrement éprouvante pour moi, car mon sommeil me semblât peuplé de nains aux longues barbes épaisses et de barbares hirsutes, ivres de la bière qu'ils engloutissaient ensemble incessamment avec une quantité ahurissante de bruits en tous genres, choppe après choppe, dans une sarabande infernale qui semblât ne jamais devoir prendre fin, juste entrecoupée par des scènes de guerres et de combats d'une extrême violence...
Le réveil au petit matin, me donna l'impression d'être plus fatiguée que la veille au soir, et je m'aperçûs en arrivant dans la salle commune de l'auberge, que d'une part j'étais la dernière levée, mais qu'en plus le nain et l'ignoble barbare étaient d'humeur joyeuse et me lançaient des regards amusés. M'étant enquise de ce qui les rendait si joyeux de si bon matin, j'appris que nos deux compères avaient fait quasi le même rêve que moi, mais dans leurs rôles respectifs, et qu'ayant vidé des quantités énormes de choppes de bière toute la nuit, ils étaient donc parfaitement reposés, prêts à reprendre la route au plus vite, ce qui me mit dans une humeur assez sombre et qui me laissa perplexe, car notre petite aventure commençait à prendre une tournure qui ne me plaisait pas du tout...
Revenir en haut Aller en bas
 
Monde, ses merveilles et ses horreurs... (1ere partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les sept Merveilles du monde
» OLYMPIE ET LA STATUE DE ZEUS (- 436) MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE
» LE PHARE D'ALEXANDRIE (VERS -299), 7è MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE
» LES 7 MERVEILLES (BD)
» LA PYRAMIDE DE GIZEH, Merveille du Monde (vers -2540), & Le Sphingx de Gizeh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Monde :: Les Chroniques du Kraken-
Sauter vers: