Le forum de Monde

Forum dédié à ce qui se passe dans le monde virtuel appelé Monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Monde, ses merveilles et ses horreurs... (2eme partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denebra
Invité



MessageSujet: Monde, ses merveilles et ses horreurs... (2eme partie)   Jeu 6 Sep 2007 - 22:45

Rapidement, après avoir absorbé quelque nourriture pour certaines, que notre sorcière ait effectué quelques pas de danse et autres gesticulations syncopées dégoûtantes, et que les mâles du groupe aient déjà absorbé une bien trop grande quantité de bière à mon goût, je m'empressais de me rafraîchir pendant que nos deux poivrots notoires commençaient à réveiller toute l'auberge en poussant les braillements d'ânes qu'ils osent appeler des chansons, nous reprîmes enfin la route, au grand soulagement de l'aubergiste, pour cette fameuse mine puisqu'il semblait inutile de se précipiter vers la région où des villages auraient sois-disant été mis à sac...
Ma plus grande crainte en ce début de matinée, était de devoir subir les vociférations artistique de nos deux outres à bière ambulantes. Mais heureusement pour moi, ils se calmèrent assez vite, notre maître nain retournant certainement à ses spéculations concernant les possessions de ses cousins, et le grand barbare, retournant, à mon avis, à l'abîme insondable du néant de ses pensées...

Après quelques heures de marche, à l'approche d'un chemin de montagne, notre bon nain nous apprît que nous touchions au but et nous indiquât du doigt la destination finale que nous devions atteindre au flanc d'une petite montagne toute proche. Pendant que le bipède à la grande masse fixait avec incrédulité l'index noueux de notre nain, tout en laissant s'écouler un petit filet de bave de l'espèce d'orifice situé en bas de sa tête, ce dernier m'expliquât que l'accès à une mine de nains était toujours repérable pour ceux de sa race.
La zone indiquée par l'index nanesque, était de fait, un simple renfoncement à peine visible dans le flanc de la montagne toute proche, à quelques centaines de mètres à peine de l'endroit où nous nous tenions.
Nous reprîmes donc notre route qui s'avéra être beaucoup plus longue que je ne l'avais prévu, car il n'y avait en effet aucun chemin qui menait à cet endroit précis de la montagne, notre nain suivant un cheminement que lui seul semblait à même de percevoir, rebroussant parfois chemin tout en ronchonnant dans sa barbe. Finalement, deux heures plus tard, nous nous retrouvâmes enfin devant le renfoncement qui s'avéra alors être une espèce de préau naturel, invisible tant que l'on ne tombait pas dessus, et qui révélait tout de même une salle d'assez belle taille. Plusieurs rochers et pics de pierre parsemaient le sol de cette cavité. Les parois en étaient parfaitement visibles et montraient clairement l'absence de toute porte ou autre passage, ce qui me fit tout de même douter d'être au bon endroit...
Notre nain nous proposa alors de nous reposer et de prendre quelque collation en attendant qu'il chercherait l'entrée, expliquant que les accès des mines naines étaient toujours différents, quoique obéissant à des principes immuables. Nous nous pliâmes donc de bonne grâce à ces bons conseils, et nous pûmes alors observer notre barbu qui se promenait entre les pierres tout en marmonnant des choses, totalement incompréhensibles, dans sa rude langue qui semble n'être faite que de grondements et de roulements de gorge. Après avoir fait une bonne quantité d'aller et retour entre les diverses pierres et rocs qui jonchaient le sol, il revint vers moi, semblant assez content de lui, pour m'annoncer qu'il avait trouvé comment entrer dans la mine. Force m'est d'avouer ici, que jusqu'à présent je n'étais pas convaincue que nous étions vraiment arrivés à destination...

Nous préparâmes alors notre équipement, car notre mule devait rester ici, le nain nous avertissant que l'entrée de la mine n'était pas prévue pour les animaux, paroles qui mirent la petite mage dans tous ses états, elle qui refusait catégoriquement d'abandonner son compagnon à quatre pattes à cette gigantesque montagne sauvage, et dont la raison s'emballât alors dans un tortueux cheminement de pensées semblant échapper à toute logique humaine. La petite voix aigrelette de celle-ci contrastait tellement avec la grosse voix rude du barbu qui tentait inutilement de raisonner cette dernière, que je pris un certain plaisir au spectacle de ce pauvre nain dont la raison commençait à perdre pied face aux piaillements et menaces très colorées proférés par notre petite compagne. Si les nains sont d'une taille modeste, notre petite compagne dépasse à peine les genoux de ce dernier, ce qui n'empêchait pas celle-ci de menacer de ses pires foudres notre pauvre nain qui s'efforçait inutilement de la convaincre que son chien pourrait nous accompagner. Finalement je décidais d'intervenir, juste avant que cette dernière ne mette ses menaces à exécution et décide comme elle le vociférait à la montagne toute entière, de s'en prendre à la barbe du nain, ce qui je le crains, aurait pu déclencher un très grave incident diplomatique entre les deux races...
M'approchant tranquillement de nos deux harangueurs de marché, je me mis à genoux, et posant délicatement la main sur l'épaule de notre petite amie je lui dis doucement que son chien pourrait nous accompagner sans problème. Immédiatement, celle-ci se calmât, et toisant le nain avec un aplomb particulièrement comique, lui dit qu'elle savait bien qu'il n'y aurait pas de problème et que les nains faisaient juste preuve de mauvaise volonté. Pour la seconde fois, je vis la couleur de celui-ci passer dangereusement au rouge, poussant un grognement d'ours suivit d'une mélopée gutturale dont la tonalité rageuse passait de l'aiguë aux graves extrêmes, il fit volte face et se dirigea rapidement vers un des pics rocheux et tirant dessus tout en lui faisant faire une légère rotation, disparut subitement dans le sol, comme par magie...

Je tiens à préciser ici, que la méthode décrite ici pour accéder aux cavernes naines ne correspond pas du tout à la réalité, ceci afin de protéger les nains , leurs biens, et leurs habitations...

Dire que nous fûmes surpris ne serait pas exagéré, me précipitant alors vers l'endroit où se tenait le nain, je vis qu'une trappe s'était ouverte sous les pieds de ce dernier, faisant une rampe abrupte, un peu comme un toboggan. Nous pouvions entendre notre nain qui râlait de plus belle en bas, et nous décidâmes donc de le rejoindre. Mes compagnons de route se laissèrent glisser dans la mine, en produisant un bruit de casseroles et de bidons tout à fait singulier, car notre sorcière trimballait toujours avec elle une quantité incroyable de produits puants et d'ustensiles en tous genres, il était évident que si nous devions faire preuve de discrétion, nous avions depuis longtemps raté ce but de plusieurs kilomètres au moins...
Prenant le chien dans mes bras, je suivis donc le tintamarre ambulant que composait allègrement notre petite bande hétéroclite...
La glissade fut de courte durée, à peine quelques mètres en fait. Le sol sur lequel j'atterris à la suite de mon équipe était vraiment dur. Il régnait une douce pénombre, partagée par le peu de lumière du jour qui parvenait à traverser le boyau par lequel nous étions arrivés, et par l'éclairage fournit par deux torches appartenant au comité d'accueil formé des huit nains armés de lances et de haches qui nous tenaient en respect. Notre nain était déjà occupé de discuter âprement avec ses compatriotes, la discussion était des plus animée et des plus inquiétante tant le niveau sonore qui s'en dégageait était élevé. Même si je ne comprenais pas ce qui se disait, il était évident que nous n'étions pas les bienvenus. Au ton dur qu'employaient les nains de notre comité d'accueil, notre ami répondait tout aussi brutalement et tout aussi bruyamment, ce qui me fit douter de ses capacités de négociateur.
Pourtant, assez rapidement, du moins avant que je puisse avoir le temps de m'énerver, un des nains se tourna vers nous et dans un commun du sud tout à fait correct, nous souhaita la bienvenue et nous expliquât que la situation actuelle obligeait ses semblables à se montrer méfiants envers les étrangers. Notre ami était parvenu à leur faire comprendre que nous n'étions pas une menace et qu'au contraire nous venions leur apporter notre aide si le besoin s'en faisait sentir, je rajoutais alors, dans le but de ménager leur sens de l'honneur, que nous étions disposés à les aider, si par malheur ils en avaient envie, ou peut-être besoin...

Nous fûmes conduits un peu plus bas dans la mine, traversant quelques petites salles, empruntant divers escaliers taillés avec une grande précision à même la roche. Après une demi-heure de marche, nous débouchâmes sur une place de belle taille, encadrée de grandes et belles colonnes, ainsi que de grandes portes en pierre.
La place était par des petites lampes à huiles parfumées, mais aussi par des roches diffusant de faibles lueurs de couleurs diverses, jaunes, bleues, rouges et oranges. Ces sources de lumière étaient agencées de manière à mettre en évidences les qualités architecturales des bâtiments entourant la place au sol de pierre bleues. Le tout donnait à l'endroit un sentiment de chaleur et de calme reposant...
Il est utile de savoir que les habitations et autres constructions naines, sont faites le plus souvent de bois et de pierre, bien qu'ils préfèrent, quand c'est possible, n'utiliser que la pierre. Les nains construisent solidement et avec beaucoup de soins leurs demeures, et ce qui est le plus curieux mais pas le moins désagréable, ils construisent grand, les portes atteignant 2 mètres de haut, et les plafonds des bâtiments, les deux mètres cinquante, ce qui fait que même des gens de taille supérieure, ne sont pas gênés dans les habitations naines.
Les maisons des nains ne sont pas particulièrement décorées, enfin ça ce sont eux qui le disent, car par rapport aux habitations que l'on trouve à Sembaris, les demeures naines sont décorées avec richesse et un bon goût certain. Les nains aiment à dire que les lignes et courbes qui constituent leur maison, suffisent à exprimer la qualité de leur bâtisseur. Pourtant, à première vue, toutes les constructions que l'on apercevait de la place semblaient se ressembler, mais une fois examinées de plus près, des différences subtiles apparaissaient, différences qui rendaient chaque demeure réellement unique. Les divers meubles et objets qui meublaient ces habitations suivaient la même philosophie, et il est indéniable que les nains, sous leurs dehors bourrus et frustres, sont de véritables artistes en ce qui concerne la décoration d'intérieur et un certain art de vivre...
Revenir en haut Aller en bas
 
Monde, ses merveilles et ses horreurs... (2eme partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le RP illustré de harrypotter (mon 2eme perso) : 2eme partie
» Entrainement de Nuage Dérangé [ 2eme partie][Dérangé et des Spartiates]
» Les sept Merveilles du monde
» OLYMPIE ET LA STATUE DE ZEUS (- 436) MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE
» LE PHARE D'ALEXANDRIE (VERS -299), 7è MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Monde :: Les Chroniques du Kraken-
Sauter vers: