Le forum de Monde

Forum dédié à ce qui se passe dans le monde virtuel appelé Monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Monde, ses merveilles et ses horreurs... (4eme partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denebra
Invité



MessageSujet: Monde, ses merveilles et ses horreurs... (4eme partie)   Jeu 6 Sep 2007 - 22:49

Les nains, blêmes, reculèrent devant le regard inquiétant de notre ennemi, qui se mit à nouveau à rire, et qui, dans un cri démentiel nous prédit que nous allions tous mourir ici !
L'attaque qu'il me portât alors fut autant soudaine que violente, et si je ne m'étais pas préparée au pire, elle m'aurait été fatale, sans aucun doute. Les nains, se ressaisissant, se ruèrent sur notre sombre adversaire qui recevait les pires blessures sans que cela n'atténue sa vindicte guerrière, jusqu'à ce qu'il s'écroule enfin, terrassé par le nombre de notre groupe.
Restant sur nos gardes, le souffle court, nous échangions des regards inquiets, qui eurent tôt fait de se justifier quand le mort, revint à la vie, ranimé par les souffles glacés des couloirs de la mine...
Dressé au centre de ce carrefour, son regard noir flamboyait, et dans un rictus qui devait être un sourire, il dit avec emphase: J'ai fait tomber la grande Cité d'Or, je suis le plus grand guerrier de tous les temps, vous ne pouvez me battre, et vous allez donc tous mourir !
Me mettant tant bien que mal hors de portée de cet invincible adversaire, je me mis à réfléchir, car quelque chose ne tournait pas rond, il se disait être celui qui avait fait tomber la Cité d'Or, mais ce que j'avais lu sur le sujet, c'est que cette cité légendaire et son peuple avaient été massacrés par une grande armée plusieurs centaines d'années plus tôt.
Alors qu'il nous répétait une fois de plus qu'il était le plus grand guerrier de tous les temps, une idée me vint: et si ce sombre individu se nourrissait de ses propres encouragements, et que ceux-ci le rendaient indestructible ?
Me mettant en garde je me mis à crier contre lui, qu'il n'était par un grand guerrier, et qu'il allait mourir!
Entendant ces mots, il eut un bref instant d'hésitation avant de me porter une attaque où les coups pleuvaient sur mon bouclier et ma courte épée, au point que mes bras et poignets devinrent douloureux. Avec l'énergie du désespoir, je parvins à le repousser à bonne distance, tout en criant: tu n'es rien, tu n'es pas immortel, et tu vas mourir ici !
Puis je passais à mon tour à l'offensive, le prenant par surprise alors que notre petite mage venait de lui lancer un sort d'immobilisation, je parvins enfin à lui assener quelques coups, dont certains étaient mortels, les nains le frappèrent à leurs tour jusqu'à qu'il tombe pour la troisième fois à nos pieds...
M'attendant à tout instant à ce que notre ennemi se relève encore, je fis part à mes compagnons de mon idée concernant le point faible du bravache infernal, mais avant d'avoir pu développer cette théorie, le curieux souffle glacé fit encore son office, ramenant à la vie ce sinistre individu.
Dressé fièrement devant nous, il hurla qu'il était le plus grand guerrier de tous les temps !
Ce à quoi je lui rétorquais en criant que c'était faux, qu'il n'était rien d'autre qu'un lâche et un traître à sa race.
Certains des nains comprenant l'idée, se joignirent à moi pour insulter le guerrier sombre, qui à ce moment là cherchait plus à se défendre verbalement qu'à utiliser ses armes. Cette stratégie semblait porter ses fruits quand soudain la petite voix inquiète de notre petite mage fit entendre ces quelques paroles sybillines: mais arrêtez de dire ça, vous allez finir par l'énerver, vous voyez bien que c'est lui le plus grand guerrier de tous les temps !
Je n'aurais pas été plus étonnée si, sans même crier gare, mon nez et mes oreilles se seraient soudainement décrochés de ma tête pour se réunir et s'envoler, tel un paillon absurde, loin de cette sombre et dangereuse mine, de ces nains barbus, trapus et hirsutes, et surtout pour s'éloigner le plus possible de cette petite dinde de mage qui venait de tout foutre en l'air, et qui eut droit à des regards incrédules ou meurtriers de la part de tout notre groupe !
Dans un hurlement paroxysmique, le grand guerrier, cria encore, des fois que nous l'aurions oublié, que c'était lui le plus grand guerrier de tous les temps, ce qui commençait à devenir des plus lassant il faut bien l'avouer. Je me demandais alors si nous n'allions pas finir par baisser les armes afin qu'il nous achève, seule manière de ne plus entendre cette phrase idiote, trop de fois répétée...
Nous chargeâmes tous ensemble en criant qu'il n'était rien qu'un lâche et un traître, je pus voir que même notre minuscule mage à la cervelle de gallinacé et au visage écarlate, criait avec nous...
Se défendant avec désespoir, notre ennemi frappé de toute part, criait qu'il était un héros magnifique, et qu'il allait tous nous tuer.
Je compris alors dans un flash, que cette sinistre créature ne savait même pas qu'elle était morte et que c'était une sombre magie qui l'animait...
Certaine de ce que je faisais, je lui criait qu'il n'était rien, qu'il n'était qu'un traître, un triste individu mort depuis longtemps, à mon grand soulagement, je vis qu'il commençait à paniquer, tremblant, il tenait à peine ses armes. Me rapprochant alors de lui, et avec l'aide des nains, je le projetais à même le sol, criant toujours qu'il était mort, rien d'autre qu'un cadavre ensorcelé.
Toute morgue envolée, ''le plus grand guerrier de tous les temps'' niait ce qui était maintenant évident, cherchant à se rassurer lui même...
Le surplombant, je me laissais choir à genoux, ma robe, tel un couperet de cuir noir semblait le couper en deux, et lui prenant la tête, je le forçais à regarder son torse squelettique.
Regarde ce que tu es: un corps décharné, à peine plus qu'un squelette, tu es mort depuis tellement longtemps que tu as oublié ce que c'est que d'être vivant...
Il me repoussa et regardant les os saillants de ses mains comme s'il les voyait pour la première fois, il cria d'une voix désespérée: Ce n'est pas possible, ce n'est pas possible, Athanazar, tu m'as trahi, sois maudit !
Il s'écroula dans un bruit d'os desséchés, et le peu de chair parcheminée qui le recouvrait encore tomba alors en poussière, la créature était morte, pour notre plus grand soulagement...

Je m'assis, toute tremblante, secouée au plus profond de moi par le sort funeste de cet être maudit, possédé par les forces du mal.
Mais ce qui m'avait le plus remué, c'était le nom qu'il avait prononcé: Athanazar.
Athanazar, cette maudite lyche, ce sorcier par lequel mon triste destin avait été scellé...
Tuée bêtement sur les terres de cette immonde créature qui n'avait rien trouvé de plus amusant que de me réincarner dans le corps de cet elfe idiot qui m'énervait tant, et de m'affubler d'une malédiction de lycanthropie. Athanazar qui n'eut de cesse à nous pourrir la vie à moi et à ma douce amie depuis maintenant 10 lunaires, se pourrait-il qu'il soit ici, dans cette mine ?
S'il s'avérait qu'il fut responsable des funestes évènements de la mine, il se pouvait alors que je puisse le rencontrer et que je puisse lui faire regretter amèrement ses petites farces malsaines...
Quand je me relevais, quelque chose grondait en moi, qui menaçait de tout submerger, j'étais déterminée à abattre ce déchet quoiqu'il puisse m'en coûter, même ma vie ne serait pas trop cher payé pour parvenir à mon but !

Tout en ruminant mes idées de vengeances, je soignais rapidement les blessures des uns et des autres. Les deux nains les plus abîmés de notre petite troupe rentrèrent chez eux, pour se soigner et se reposer. Les deux prisonniers étaient sain et sauf, mais fort inquiets ayant entendu que le forgeron allait être enlevé, car il semblait détenir des informations que nos ennemis recherchaient âprement, semblait-il...
Nous repartîmes au pas de course afin de prendre de vitesse les infâmes kidnappeurs de forgeron nain, ou du moins d'empêcher, autant que faire ce peut, ce vil forfait. Très rapidement les nains ayant retrouvé leur chemin, nous arrivâmes à la forge, qui était une bâtisse d'assez belle taille, dont la grande cour était entourée de murs épais, dignes d'une petite forteresse, la grande porte qui fermait la cour était bardée d'acier et renforçait encore la sensation de sécurité que l'on ressentait ici. La forge était une vrai place forte, une chance que nous y soyons parvenus avant nos ennemis et que nous n'ayons pas eu à assiéger l'habitation du forgeron...
Nous eurent tôt fait d'expliquer au maître des lieux la menace qui pesait sur ses épaules.
Celui-ci, plutôt vif d'esprit, s'empressa de refermer et de barrer la lourde porte, ce qui fût des plus approprié, car une troupe des plus inquiétante s'approchait déjà. Les murs étant percés de meurtrières, nous pûmes observer les ennemis que nous allions devoir affronter sous peu. Soulagée par l'épaisseur des défenses de la forge, j'eus tout de même un frisson en voyant la troupe ennemie constituée de 8 squelettes et de 6 orcs, car si nous devions les affronter au corps à corps, face à la force de frappe des squelettes, nous n'en sortirions pas indemnes. Mais le plus impressionnant c'était la grande silhouette verte déglingandée qui évoluait au milieu de ces derniers, à elle seule, je pressentais qu'elle nous donnerait bien du fils à retordre, j'étais en effet certaine que c'était un troll des marais, et ayant eut déjà affaire à ce type de créature, je m'attendais au pire.
Heureusement que cet endroit était prévu pour tenir un siège...
Alors que le groupe ennemi approchait, je disposais mes troupes stratégiquement, plaçant les nains au plus près de la porte, des fois qu'elle ne suffirait pas à contenir les forces adverses. La sorcière et notre petite mage plus à l'arrière, je retournais ensuite me placer derrière une meurtrière , afin de pouvoir tirer quelques carreaux d'arbalètes sur les ennemis les plus proches.
Revenir en haut Aller en bas
 
Monde, ses merveilles et ses horreurs... (4eme partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les sept Merveilles du monde
» OLYMPIE ET LA STATUE DE ZEUS (- 436) MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE
» LE PHARE D'ALEXANDRIE (VERS -299), 7è MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE
» LES 7 MERVEILLES (BD)
» LA PYRAMIDE DE GIZEH, Merveille du Monde (vers -2540), & Le Sphingx de Gizeh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Monde :: Les Chroniques du Kraken-
Sauter vers: