Le forum de Monde

Forum dédié à ce qui se passe dans le monde virtuel appelé Monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réflexions personnelles de Dénébra. (1ere partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steelo
Dragon


Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Réflexions personnelles de Dénébra. (1ere partie)   Ven 7 Sep 2007 - 17:56

Réflexions personnelles sur la Symbiose probable de certaines races et des dangers potentiels liés à ce phénomène
par D. Médecin et officier

Ces réflexions sont issues de mes nombreuses observations concernant certains individus que je suis amenée à fréquenter, bien souvent malgrès moi...

Par un étrange et complexe concours de circonstances, dont les explications seraient inutiles au texte ci présent, je fus amenée à accompagner un groupe d'aventuriers des plus étrange...
En effet, humains, elfe, barbare et mage allaient de concerts, traversant maintes régions dans un but aussi incertain que l'était leur moralité.
Il m'apparut très rapidement que beaucoup de gens que je croisais alors, semblaient plutôt démunis en ce qui concerne le bon-sens et l'intelligence. Ainsi, l'elfe du groupe était-il à peine capable d'émettre quelques sons indistincts formant un galimatias complètement vide de tout sens.

Moi qui croyais avoir vu en cet elfe le bipède le plus bête qui ait jamais existé, je fus des plus consternées quand nous fûmes rejoints par un énorme barbare, laid au possible et qui dégageait une épouvantable odeur d'excréments, de sueur rance, de sang et d'urine.
Cet étrange bipède se mit alors à gesticuler et à sauter dans tous les sens en émettant de longues suites ininterrompues de borborygmes et de chuintements des plus bizarres, agrémentés d'explosions de bouches, de très nombreux pets, ainsi que des rots des plus sonores, auxquels se mêlaient parfois des mots dont nul ne pourra jamais être vraiment certain qu'ils furent prononcés délibérément...

Cette horrible chose bruyante et nauséabonde, dont j'appris un peu plus tard qu'il s'agissait d'un keisselois; une race nordique assez tristement célèbre, semblait n'avoir que deux passions, les excréments et son énorme masse d'arme. Un malheur ne venant jamais seul, ce triste individu s'avéra être particulièrement borné et têtu ! Ainsi, malgrès des jours et des jours de négociations ardues de notre part à tous, il nous fut impossible de lui faire abandonner son énorme sac qu'il était si fier de trimballer sous notre nez, dont la pestilence innommable qui s'en dégageait semblait polluer l'air, l'eau, les pierres et même le ciel !
C'est miracle qu'aucun d'entre nous ne se soit suicidé dans l'espoir futile d'échapper enfin à cette fétide malédiction qui nous suivait en éructant un salmigondis bruyant et incompréhensible !

Le ciel parût s'écrouler sur nos pauvres têtes quand enfin nous parvînmes à comprendre, à travers un concert de bruits buccaux et annaux divers, que cet infect barbare pétomane transportait dans son énorme sac une quantité considérable d'excréments de dragon !
Ainsi, depuis des jours et des jours, cet immonde bousier puant rêvait-il à la fortune qu'il pensait amasser en revendant son formidable trésor, ceci aux dépends de nos narines et surtout de notre raison devenue si fragile depuis son arrivée !

Est-il utile de préciser ici que ledit bousier s'était fait rouler de la plus belle des manières, lors d'une quête devenue aussi stérile qu'inutile, et dont le seul ridicule souvenir est peut-être encore tapi au plus profond de son tout petit cerveau empuanti...

Finalement il arriva ce qui devait arriver, un beau jour, un sombre prêtre de Mollah, sans doute excédé par la puanteur qui envahissait toute la vallée, mit enfin un terme à l'existence pitoyable de ce pauvre être, avec un certain soulagement pour certains d'entre nous je dois bien l'avouer...

On pourrait croire en lisant ces lignes, que la saga du benêt pestilentiel s'arrête ici, mais il n'en est rien, car les dieux peuvent se montrer des plus cruels, ainsi l'adorateur d'excréments fût-il ressuscité par un perfide dieu inconnu, sans doute lui aussi, excédé par l'odeur abominable qui devait se dégager de sa toute petit âme, et nous retrouvâmes bien trop vite notre keisselois, plus dépité d'avoir perdu son précieux chargement que d'avoir perdu la vie...

J'eus donc la triste chance de pouvoir observer le comportement extravagant que le bousier péteur entretenait avec la seconde passion de sa triste vie: c'est-à-dire sa masse d'arme.

Cette arme simpliste semble être composée d'un robuste et grossier manche de bois surmonté d'une inquiétante masse de métal. De mes nombreuses lectures, voici ce qu'il en ressort: il s'agit d'une arme voisine du gourdin, qui fut l'une des premières armes utilisées par l'humanité primitive.
La masse s'est raffinée au fils du temps, et bien que bénéficiant d'une allonge réduite, sa puissance de choc permet de briser les os, rendant les protections souples telles que les cottes de mailles inopérantes, enfonçant également volontiers les casques et pièces d'armures rigides.

Parmi ces quelques lignes, il y'a une phrase des plus frappante, si je puis dire, la masse d'arme s'est raffinée au fils du temps. Chez les pauvres keisselois, il est évident que si la masse s'est raffinée, eux sont restés des brutes bourrues et primitives, et que l'on peut affirmer sans grand risque d'erreurs que seul ce type d'arme, ne nécessitant quasi aucune technique particulière autre que la force physique, leur convient vraiment...
Cette arme, une fois accompagnée d'un de ces individus, présente d'autres effets pervers, car non content de briser les os, d'enfoncer les crânes et autres joyeusetés, ce couple maudit excèle à casser les pieds de ses alliés, comme de ses ennemis, et soumet les nerfs de ceux-ci à rude épreuve !
Il est à observer en effet que les gens situés à proximité de la masse et de son barbare sont constamment soumis à un stress des plus intense; en effet la balourdise de ce type d'individu est telle, que l'on peut s'attendre à tout moment à recevoir la masse d'arme sur un brave pied, dont la seule faute serait d'être quelque peu inattentif.
Comme si cela ne suffisait pas, une quantité incroyable de menaces bruyamment éructées à la fois par le sphincter et l'orifice buccal de ces créatures sont distribuées généreusement sitôt un point de désaccord effleuré par l'une ou l'autre partie, ce qui ne cesse d'arriver de par le fait que ces erreurs de la nature ne comprennent vraiment rien à rien !
De fait, il semblerait que la compréhension de ces keisselois ne se limite qu'à quelques options seulement, ainsi, s'ils ont comme à leur habitude leur masse en mains, les options sont les suivantes: taper ou ne pas taper !
Il est peut-être utile de souligner ici qu'ils ont un très net penchant pour la première option, sauf s'il s'avère utile de taper, où là c'est le hasard qui prédomine avec toutes les conséquence que l'on peut imaginer.
Néanmoins, si la frappe est vraiment indispensable, voir vitale, il faut s'attendre à une immobilisation prolongée de ce couple maudit de par le simple fait que c'est toujours au plus mauvais moment que le barbare se souvient qu'il a un ersatz de cerveau et qu'il va donc tenter de l'utiliser. Outre le fait qu'il faut un temps relativement long pour que l'organe gastéropodesque daigne se réveiller, la pauvre cervelle va, bien inutilement, tenter d'analyser la situation pour finalement fournir la réponse la plus erronée possible au problème inexistant posé par le barbare...

Mais ces horripilants flatulateurs n'ont pas toujours leur masse en mains, ce qui se trouve être une situation plutôt gênante pour ce type de créature.
Pour compenser ce qui ressemble à un manque, ils se mettent alors à boire !
Et c'est ainsi que alors innocent que vous êtes, que vous pensiez avoir fait le tour de toutes les ignominies dont sont capables ces fléaux polymorphes, que vous découvrez avec horreur qu'à peine une larme d'alcool introduite dans l'orifice qui s'apparente à une bouche, que sournoisement ledit orifice émet une sorte de brame infernal, capable de martyriser cruellement les tympans de tout individu normalement constitué, ayant la malchance de se trouver à moins de 100 m de ces terribles punitions vivantes tout droit issues du cauchemar abominable d'une liche démente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réflexions personnelles de Dénébra. (1ere partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [aide]1ere liste d'armée gondor en 550 points
» Coffret D&D 1ere ed. 1982
» Le boulangisme politique de Préval
» Réflexions Pour Une Haïti Meilleure
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Monde :: Monde :: Les Chroniques de Monde-
Sauter vers: